Just in time pour le retour de l'école le 1er décembre...

DSC04786

Sur une idée vue ici... J'avais à l'avance acheté ou concocté quelques surprises et imaginé quelques bons..., évalué que j'avais grosso modo suffisamment de pots en verre et de jolis papiers pour le réaliser... Je pensais en avoir pour 2h maxi... mais chaque année j'oublie que même quand on fait quelque chose de simple, quand on doit le faire 24 fois ça prend beaucoup de temps...!

DSC04790

Mais ouf, à 17h15 tout était terminé et l'effet de surprise était total puisque le matin les enfants ne se doutaient de rien, n'ayant rien vu le matin avant de partir à l'école... 

DSC04789

On sent vraiment que Noël approche maintenant...!

Noël qui rime avec cadeaux, sapin, jolie déco et repas en famille... Mais Noël qui est aussi l'occasion de se souvenir du plus beau des cadeaux offert par Dieu à l'humanité : Jésus son fils, né petit enfant dans une humble étable, mais dont la naissance a changé le monde...

Beaucoup parmi vous connaissent le récit de la Nativité, et pour celles qui voudraient le découvrir, je serai ravie, comme je l'ai dit dans le message concernant mon anniblog, de leur offrir le livre : Noël, le plus beau cadeau.

Le récit de la naissance de Jésus nous est connu grâce aux quatre évangiles, les quatre premiers livre du Nouveau Testament, qui constitue la deuxième partie de la Bible. Mais peut-être ne savez-vous pas que dans l'Ancien Testament, la première partie de la Bible, livre saint commun aux Juifs et aux Chrétiens, il est aussi parlé de Jésus...?  

Le livre de la Genèse, avec le récit de la Création, du déluge, de la vie d'Abraham... Le livre de l'Exode, avec les 10 commandements, puis l'histoire de David et Goliath, les Psaumes du roi David, la sagesse du grand roi Salomon dans les Proverbes... Je ne cite là que quelques exemples, les plus connus il me semble, tirés de l'Ancien Testament... Tout au long de ces récits historiques et symboliques, de ces textes poétiques ou prophétiques, Dieu annonce en terme plus ou moins voilé Celui qu'il allait envoyer sur la terre, Jésus, le Messie, le Sauveur du monde. Pendant ce mois de décembre, j'aimerais lire avec vous quelques exemples d'annonces faites quelques centaines ou même milliers d'années à l'avance, dans l'Ancien Testament, de la venue de Jésus et du déroulement de sa vie sur la terre. 

La première promesse de la venue du Sauveur a été faite au patriarche Abraham, dans le livre de la Genèse, près de 2000 ans avant la naissance de Jésus-Christ. Cet homme a été choisi par Dieu pour être le fondateur de Son peuple, le peuple Juif, mais pas seulement... En effet, Dieu lui a dit : 

"Quitte ton pays, ta patrie et ta famille et va dans le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation, je te bénirai, je rendrai ton nom grand et tu seras une source de bénédiction. Je bénirai ceux qui te béniront et je maudirai ceux qui te maudiront, et toutes les familles de la terre seront bénies en toi." Genèse 12, 1-3

Dieu a donc dit à Abraham qu'il ferait de lui une grande nation, et en effet, Abraham est le père de la nation juive, mais son annonce allait plus loin puisqu'il termine en lui disant que toutes les familles de la terre seraient bénies en lui, c'est à dire à travers sa descendance. 

L'accomplissement de cette promesse est intervenue 2000 ans plus tard, puisque nous lisons au début de l'évangile selon Matthieu :

Voici la généalogie de Jésus Christ, fils de David, fils d'Abraham : Abraham eut pour fils Isaac ; Isaac eut Jacob ; Jacob eut Juda et ses frères... Ainsi s'écoule toute la généalogie de Jésus, pour arriver à un autre Jacob : Jacob eut pour fils Joseph, le marie de Marie, de laquelle est né Jésus, qui est appelé Christ. Matthieu 1, 1-16

En effet, la venue de Jésus-Christ, descendant direct d'Abraham selon la généalogie humaine, a été une bénédiction pour tous les hommes... et cette merveilleuse nouvelle, Dieu a pris soin de l'annoncer aux hommes dès le début de l'Ancien Testament, 2000 ans avant qu'elle se réalise. Cette promesse a, au cours des siècles, donné du courage et de l'espoir à Abraham et à ceux de ses descendants qui avaient pris soin d'étudier les textes anciens, si bien qu'à l'époque de la naissance de Jésus, il y avait en Israël des hommes et des femmes qui attendaient cette venue du Sauveur promis : 

Or il y avait à Jérusalem un homme appelé Siméon. Cet homme était juste et pieux, il attendait la consolation d'Israël et l'Esprit saint était sur lui. Le Saint-Esprit lui avait révélé qu'il ne mourrait pas avant d'avoir vu le Messie du Seigneur. Il vint au temple, poussé par l'Esprit. Et quand les parents amenèrent le petit enfant Jésus pour accomplir à son sujet ce que prescrivait la loi, il le prit dans ses bras, bénit Dieu et dit: «Maintenant, Seigneur, tu laisses ton serviteur s'en aller en paix, conformément à ta promesse, car mes yeux ont vu ton salut, salut que tu as préparé devant tous les peuples, lumière pour éclairer les nations (c'est à dire les pays autre qu'Israël) et gloire d'Israël, ton peuple.» (...)

Il y avait aussi une prophétesse, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d'Aser. Elle était d'un âge très avancé. Elle n'avait vécu que 7 ans avec son mari après son mariage. Restée veuve et âgée de 84 ans, elle ne quittait pas le temple; elle servait Dieu nuit et jour dans le jeûne et dans la prière. Arrivée elle aussi à la même heure, elle disait publiquement sa reconnaissance envers Dieu et parlait de Jésus à tous ceux qui attendaient la délivrance à Jérusalem. Evangile selon Luc 2, 25-38

Mais cette promesse faite à Abraham n'est pas la seule annonçant à l'avance la venue de Jésus... La prochaine fois on verra que Dieu avait déjà annoncé que le Sauveur viendrait sous la forme d'un petit enfant... et d'une façon totalement miraculeuse...