18 novembre 2014

Une nouvelle idée pour recycler de vieux T-shirt!

Depuis quelque temps, les pelotes de gros fils en coton recyclé, comme Trapilho ou Zpagetti, me font de l'oeil... (Si vous ne connaissez pas, un très bon article récapitulatif en parle ici, avec plein de chouettes projets à faire avec) Et je cherchais une idée facile et rapide pour m'y mettre tout en mettant régulièrement de côté de vieux T-shirt, puisqu'on peut très facilement fabriquer soi-même ces pelotes!

Je ne me souviens plus très bien comment le projet a germé, mais suite à nos essais de cordelettes japonaises cet été, (le vrai nom de ce tressage japonais est kumihimo) je me suis dit que ça devrait marcher aussi avec des fils beaucoup plus épais, et que la corde obtenue serait idéale pour faire une... corde à sauter!

Un projet parfait pour le début des vacances scolaires de la Toussaint, froid et pluvieux...!

On a commencé par couper nos T-shirts pour faire des pelotes... En suivant un des nombreux tutos trouvés sur le net.

DSC00913

DSC00914

C'est beaucoup plus facile que ce que je pensais, au début je faisais des traits pour couper bien droit mais je me suis vite rendue compte que ce n'était pas la peine parce qu'au final même si ce n'est pas très droit ou régulier ça ne se voit pas du tout!

DSC01636

Par contre, deux choses sont importantes à savoir pour obtenir un joli résultat (et j'aurais bien aimé le savoir avant de découper certains T-shirts!)

- le T-shirt doit être sans couture sur les côtés (dans le cas contraires, l'objet réalisé sera beaucoup moins régulier, on le voit sur la photo de la corde à sauter plus bas, parce que les coutures font que des petits bouts dépassent de l'ouvrage...

- les T-shirt 100% coton donnent un moins joli résultat que ceux dans lesquels il y a un peu d'élasthanne... Et ça je ne l'avais lu nulle part! (et en effet, en vérifiant, j'ai vu que les fils Zpaggetti et Trapilho contiennent environ 5% d'élasthanne) Une petite photo pour vous montrer la différence : à gauche une pelote réalisée avec un fil 100% coton, à droite 95% coton/5% élasthanne. Le 100% coton donne un aspect plus rèche, moins souple, moins élastique et moins lisse à l'objet réalisé avec...

DSC01639

La 2e étape était de fabriquer l'outil qui permettrait de tisser la corde. On peut le faire dans du carton, comme on l'avait fait cet été pour nos bracelets, (je vous redonne le lien vers la vidéo qui explique comment faire), mais là j'ai trouvé chez mes parents une sorte de mousse bien dense et solide qui a fait merveille pour ce projet!

DSC01635

On a choisi 4 couleurs et coupé 2 fils d'une longueur 2 fois supérieure à la longueur désirée pour la corde...

DSC00910

 Après quelques minutes de tissage...

DSC00911

Ce n'est pas évident du tout au début à cause de la longueur des fils... On a ensuite trouvé l'astuce de faire une petite pelote maintenue par un élastique avec chacun des fils pour ne pas les emmêler, et de les défaire au fur et à mesure...

DSC01633

Et voilà le résultat, après quelques heures de travail!

DSC00929

J'aime beaucoup le rendu! Et je me dis que cette technique serait sympa pour faire des ceintures ou des anses de sacs... 

DSC00930

En attendant, pour une corde à sauter, c'est parfait! Voyez plutôt! (avec le soleil revenu juste au bon moment!) 

DSC00931

DSC00932

DSC00934

*******

C'est maintenant le moment de poursuivre notre découverte de la vie de Jésus...

Jésus et ses disciples : un maître différent (2)

On a vu la dernière fois que Jésus était un maître différent des autres car il ne se faisait pas servir, mais au contraire il servait ceux qui l'entouraient, allant même jusqu'à se mettre à genoux aux pieds de ses disciples pour leur laver les pieds... montrant ainsi que tout en étant le grand Dieu Créateur du ciel et de la terre, il s'est abaissé jusqu'à être tout près de chacun de nous...

Mais Jésus était aussi un maître différent des autres parce que, en étant venu vivre comme un homme sur la terre, Jésus n'avait pas abandonné ses caractères divins. Par conséquent, en tant que Dieu, il avait le pouvoir de lire à chaque instant dans les pensées des hommes. En effet, on lit dans l'Ancien Testament (la première partie de la Bible, qui date d'avant la naissance de Jésus) que Dieu ayant créé les hommes connaît tout d'eux, même leurs pensées :

Le Seigneur connaît les pensées des hommes. Psaumes 94,11

Le Seigneur examine tous les coeurs et discerne toutes les imaginations des pensées. 1 Chroniques 28,9

Jésus, Dieu fait homme, connaissait donc les pensées de ceux qui l'entouraient. On voit tout au long des évangiles que cela lui permettait de s'adapter en permanence à l'état du coeur de ceux avec qui il était en contact, démasquant à coup sûr ceux qui venaient pour essayer de le piéger (et cela arrivait souvent), mais aussi détectant la foi, même infime, qui se trouvait dans ceux qui avaient besoin de lui.

En tant que maître avec ses disciples, Jésus lisait aussi dans leurs pensées, et pouvait savoir ainsi au fur et à mesure s'ils avaient bien compris et assimilé son enseignement, s'ils avaient des inquiétudes, des craintes...

Parfois, il voyait que ses disciples étaient perplexes, plein de questions, de doutes... et n'osaient pas lui poser de questions. Jésus connaissait leurs interrogations et pouvait ainsi leur expliquer ce qu'ils n'avaient pas compris. Il leur parlait parfois cependant de manière un peu sévère parce qu'il était attristé de leur manque de confiance en lui, alors qu'ils avaient déjà eu tant de preuves de son amour et de sa puissance (notamment à travers les miracles qu'il faisait), et que son but principal était de leur faire comprendre que quoi qu'il arrive, ils pouvaient avoir confiance en l'amour de Dieu et en sa puissance pour répondre à tous leurs besoins.

Quand les disciples furent venus à l'autre rive, ils avaient oublié de prendre du pain. Jésus leur dit : Attention ! Gardez-vous du levain des pharisiens et des sadducéens. Ils raisonnaient en eux-mêmes : C'est parce que nous n'avons pas pris de pain. Mais Jésus, le sachant, dit : Pourquoi raisonnez-vous en vous-mêmes, gens de petite foi, parce que vous n'avez pas de pain ? Ne comprenez-vous pas encore, et ne vous souvenez-vous pas des cinq pains des cinq mille hommes et combien de paniers vous en avez recueillis ? Ni des sept pains des quatre mille hommes et combien de corbeilles vous en avez recueillies? (Jésus fait ici allusion à deux épisodes où il avait nourri des foules nombreuses avec quelques pains seulement) Comment ne comprenez-vous pas que ce n'était pas au sujet des pains que je vous disais : Gardez-vous du levain des pharisiens et des sadducéens ? Alors ils comprirent que ce n'était pas du levain du pain qu'il leur avait dit de se garder, mais de la doctrine des pharisiens et des sadducéens. Matthieu 16,5-12

Dans une autre occasion, Jésus a pu également enseigner ses disciples dont les pensées n'étaient pas justes.

Comme Jésus était à Béthanie dans la maison de Simon le lépreux, une femme, qui avait un vase d'albâtre plein d'un parfum de grand prix, s'approcha de lui et le répandit sur sa tête alors qu'il était à table. Voyant cela, les disciples en furent indignés et dirent : À quoi bon cette perte ? Car ce parfum aurait pu être vendu pour une forte somme et donné aux pauvres. Jésus, le sachant, leur dit : Pourquoi faites-vous de la peine à cette femme ? Elle a fait une bonne oeuvre envers moi. Vous avez toujours les pauvres avec vous, mais moi, vous ne m'avez pas toujours. Car cette femme, en répandant ce parfum sur mon corps, l'a fait en vue de ma mise au tombeau. En vérité, je vous le dis : Partout où cet évangile sera prêché, dans le monde entier, on parlera aussi de ce que cette femme a fait, en souvenir d'elle. Matthieu 26, 6-13

En préparant ces quelques lignes, au départ je me suis dit que cela ne devait pas toujours être très agréable pour les disciples de savoir que Jésus pouvait en permanence lire dans leurs pensées... Mais j'ai découvert alors quelque chose qui m'a fait réaliser encore davantage l'amour et la grandeur de Jésus... 

Mais pour ne pas être trop longue, je vous en parlerai la prochaine fois...