29 mars 2016

Panier thaïlandais au crochet en ficelle, le retour

Je me fais vraiment rare par ici, mais rassurez-vous, tout va très bien...! (un grand merci à celles qui ont pris des nouvelles, s'inquiétant du temps passé depuis mon dernier message...) Je m'active pour préparer la venue de notre petit bonhomme, et en rajoutant le travail quotidien, les différents RDV de suivi et la vie familiale et sociale il me reste peu de temps pour venir vous montrer mes bricoles!

J'ai beaucoup de retard à rattraper et je commence par mon petit panier à linge que j'ai enfin terminé...

Il était en projet depuis bien longtemps et je vous en avais déjà parlé ici... Comme prévu, j'ai utilisé un crochet n°9 et crocheté 2 brin de ficelles à la fois. Du coup le panier a grandi beaucoup plus vite et j'ai pu atteindre assez facilement la taille que je voulais... J'ai un peu bidouillé pour le modèle et du coup la forme me plaît moins que le petit que j'avais fait, ça ressemble beaucoup moins à un panier thaïlandais... Mais je n'ai pas eu le courage de recommencer, alors je l'ai décoré avec des petits pompons et il me plait bien quand même...!

DSC_0001Il était un peu trop mou pour pouvoir le remplir facilement, du coup j'ai glissé un morceau de fil de fer dans le dernier rang tout autour, et comme ça c'est parfait!

DSC_0003Il a immédiatement trouvé sa place dans la petite salle de bain de notre chambre, en complément du grand panier à linge familial qui se trouve dans l'autre salle de bain!

DSC_0006

DSC_0007Bref, je suis bien contente d'avoir enfin pris le temps de mener à bien ce projet, au milieu d'autres en-cours, que je vais essayer de revenir vous montrer très bientôt! Mais surtout il faut que je me mette sérieusement à mes projets de couture pour notre petit bonhomme qui doit naître vers la mi-mai... Nous avons terminé de refaire la chambre et de repeindre les meubles de récup, et je vais m'attaquer à la fabrication des accessoires : tour de lit, matelas à langer, lingettes lavables, rideaux... J'ai les tissus, il n'y a plus qu'à!!!

DSC_0018

Je partage aussi avec vous un coup de coeur : un livre offert par ma grande fille de 11 ans pour mon anniversaire... choisi grâce aux conseils judicieux de sa grand-mère...!

DSC_0065Quelques pages encore vierges pour vous donner une idée du contenu...

DSC_0005

DSC_0007 (1)

DSC_0012

A remplir à deux, dans de délicieux moments mère-fille... pour apprendre à mieux se connaître et se comprendre mutuellement... Si vous avez une fille préado ou ado je vous le conseille vivement! Il y a d'autres titres dans la collection qui ont l'air très sympa aussi!

*******

Cela fait très longtemps que je n'ai pas poursuivi le récit de la vie de Jésus, le dernier épisode date du mois de novembre... On avait vu comment il avait guéri un homme aveugle de naissance. Ce n'est pas la seule guérison d'une personne aveugle dans les évangiles et on va lire un autre récit aujourd'hui...

Jésus et les personnes malades ou handicapées : les aveugles (4)

Comme Jésus sortait de Jéricho avec ses disciples et une grande foule, Bartimée l'aveugle, le fils de Timée, était assis au bord du chemin et mendiait. Ayant entendu dire que c'était Jésus le Nazarénien, il se mit à crier et à dire : Fils de David, Jésus, aie pitié de moi! 
Beaucoup le reprirent pour le faire taire ; mais il criait d'autant plus fort : Fils de David, aie pitié de moi!
Jésus s'arrêta et dit : Appelez-le.
Ils appellent l'aveugle, en lui disant : Bon courage, lève-toi, il t'appelle.
Alors, jetant loin son vêtement, il se leva d'un bond et vint à Jésus. Jésus lui répondit : Que veux-tu que je te fasse ?
L'aveugle lui dit : mon maître, que je recouvre la vue. Jésus lui dit : Va, ta foi t'a guéri. Aussitôt il recouvra la vue et le suivit dans le chemin. 
Marc 10, 46-50

Bartimée était aveugle, il ne pouvait donc pas travailler et était obligé de rester assis à la porte de la ville de Jéricho en mendiant pour pouvoir subsister... Ce jour-là, malgré sa cécité, il a du remarquer une agitation inhabituelle autour de lui et s'est informé de la raison de la présence de cette grande foule... Quelqu'un lui a sans doute expliqué que c'était Jésus le Nazarénien (c'est à dire de la ville de Nazareth) qui passait. Aussitôt, Bartimée a compris que c'était pour lui l'occasion inespérée de rencontrer Celui dont il avait certainement entendu souvent parler, car le récit des miracles de Jésus se propageait dans tout le pays... Mais malgré son handicap Bartimée se montre plus clairvoyant que les hommes qui l'entouraient... Au lieu d'appeler Jésus "le Nazarénien", il l'appelle "Fils de David", c'est à dire qu'il reconnaissait en lui le Messie promis par les textes anciens, le Sauveur. Il a compris qu'il est le seul à pouvoir répondre à ses besoins, à le guérir... Il se met donc à crier pour appeler Jésus avant qu'il ne soit trop tard... Mais aussitôt, des obstacles se dressent... Les gens autour de lui essaient de le faire taire, ne voulant pas que le Seigneur (qu'ils connaissaient bien mal) soit importuné par un mendiant. 

La même chose se produit souvent aujourd'hui encore pour ceux qui veulent rencontrer Jésus... Leur entourage essaie de les décourager, soit en rabaissant Jésus au rang d'un simple homme, personnage historique (Jésus de Nazareth), qui ne peut donc rien pour eux, soit en leur disant qu'ils ne sont pas assez "bien" pour que Jésus s'intéresse à eux, qu'ils doivent d'abord faire des progrès, devenir meilleurs, etc...

Mais Bartimée ne se laisse pas décourager, et il crie encore plus fort car il a confiance que sa situation de handicap et de mendicité ne rebutera pas Jésus, et qu'il est puissant pour le guérir... Comme lui, si vous voulez rencontrer Jésus et lui parler de vos besoins, ne vous laissez pas décourager par ce que vous pouvez entendre autour de vous... Jésus est toujours disponible pour ceux qui ont confiance en lui... Dès qu'il entend l'appel du pauvre aveugle il s'arrête dans son chemin et l'appelle. Bartimée n'attend pas une seconde, il se lève d'un bond et se débarrasse de ce qui le gêne pour aller plus vite. Il ne cherche pas à soigner son apparence, à se couvrir derrière un manteau, pour se présenter devant le maître, il vient tel qu'il est, car il sait que Jésus peut combler tous ses besoins. Parfois, nous serions tenter d'aller à Jésus en essayant de nous "couvrir", en lui présentant tout ce que nous pensons "bien" faire : "Tu vois Seigneur, j'essaie d'avoir une vie honnête, de ne pas mentir, de respecter les autres..." Mais ce n'est pas ça que Jésus attend. Ce qu'il veut c'est que nous soyons conscients au contraire de nos faiblesses, de nos besoins, de nos péchés... Du besoin que nous avons d'être guéris, purifiés par lui...

À la demande du Seigneur : « Que veux-tu que je te fasse ? » l’aveugle répond hardiment et simplement : « Mon maître, que je recouvre la vue ». Jésus ne peut que répondre à cette confiance, cette foi simple et le guérit. Il ne lui demande rien d'autre, ne lui impose pas de le suivre ou de le servir en retour. "Va", lui dit-il... Mais Bartimée décide immédiatement de suivre son maître, celui qui l'a guéri, celui dont le visage restera gravé dans sa mémoire car c'est le premier qu'il a vu quand ses yeux ont été ouverts. C'est très important pour nous de remarquer l'ordre dans lequel les choses de passent... Bartimée n’a pas essayé de suivre Jésus pour recouvrer la vue ; mais ayant reçu la guérison, il l’a suivi. Nous ne pouvons rien faire pour obtenir notre salut... Par contre, après l'avoir reçu, après avoir cru en Jésus et reçu le pardon de nos péchés, nous sommes tellement reconnaissants envers lui que nous désirons le suivre et le servir tout le reste de notre vie, comme Bartimée l'aveugle guéri.

 


29 novembre 2015

Envie de cocooning...?

Un ptit coupon de laine bouillie et un sourire bien rouge...

DSC04166

DSC04169Un patron copié sur une bouillotte classique, mais remplie de grains de riz...

DSC04520Et voilà un duo de bouillottes bien chaudes et rigolotes pour des amoureux qui se sont dit oui tout récemment!

DSC04523

DSC04524Et pourquoi pas... une idée de cadeau de Noël fait maison...? 

*******

Jésus et les personnes malades ou handicapées : les aveugles (3)

Nous allons maintenant lire la suite de l'histoire de l'homme aveugle depuis sa naissance que Jésus a guéri... 

Les voisins, et ceux qui l'avaient vu auparavant, alors qu'il était mendiant, disaient : N'est-ce pas celui qui était assis et qui mendiait ? Les uns disaient : C'est lui. D'autres : Non, mais il lui ressemble.
Lui dit : C'est moi-même. Ils lui dirent alors : Comment tes yeux ont-ils été ouverts ? Il répondit : Un homme, appelé Jésus, a fait de la boue, l'a appliquée sur mes yeux et m'a dit : Va à Siloé et lave-toi. J'y suis allé, je me suis lavé et j'ai vu. Ils lui dirent : Où est cet homme ? Il dit : Je ne sais pas.
Ils amènent aux pharisiens (les chefs religieux) celui qui auparavant avait été aveugle. Or c'était un jour de sabbat (samedi, jour où la loi juive interdisait tout travail) que Jésus avait fait la boue et qu'il lui avait ouvert les yeux. Les pharisiens, à leur tour, lui demandèrent comment il avait recouvré la vue. Et il leur dit : Il a appliqué de la boue sur mes yeux ; je me suis lavé et je vois. Certains des pharisiens dirent alors : Cet homme n'est pas de Dieu, car il ne garde pas le sabbat. D'autres disaient : Comment un homme pécheur peut-il faire de tels miracles ? 
 Et il y avait de la division entre eux. Ils disent encore à l'aveugle : Toi, que dis-tu de celui-ci, puisqu'il t'a ouvert les yeux ? Il dit : C'est un prophète.
Mais les Juifs refusèrent de croire qu'il avait été aveugle et qu'il avait recouvré la vue, jusqu'à ce qu'ils aient appelé les parents de celui qui avait recouvré la vue. Ils les interrogèrent : Celui-ci est-il votre fils, dont vous dites qu'il est né aveugle? Comment se fait-il qu'il voie maintenant ? Ses parents répondirent : Nous savons que celui-ci est notre fils et qu'il est né aveugle. Mais comment il voit maintenant, nous ne le savons pas ; et qui lui a ouvert les yeux, nous ne le savons pas, nous. Il est assez âgé, interrogez-le, il parlera lui-même de ce qui le concerne. Ses parents dirent cela parce qu'ils craignaient les Juifs ; car les Juifs étaient déjà convenus que si quelqu'un le reconnaissait comme le Christ (c'est à dire le Messie, le Sauveur envoyé de Dieu), il serait exclu de la synagogue. C'est pourquoi ses parents dirent : Il est assez âgé, interrogez-le.
Ils appelèrent, pour la seconde fois, l'homme qui avait été aveugle et lui dirent : Donne gloire à Dieu ; nous savons que cet homme est un pécheur. Il répondit : S'il est un pécheur, je ne sais pas ; mais je sais une chose, c'est que j'étais aveugle, et que maintenant je vois. Ils lui dirent de nouveau : Que t'a-t–il fait ? Comment a-t–il ouvert tes yeux ? Il leur répondit : Je vous l'ai déjà dit, et vous n'avez pas écouté. Pourquoi voulez-vous encore l'entendre ? Voudriez-vous aussi, vous, devenir ses disciples ? Ils l'injurièrent et dirent : Toi, tu es disciple de celui-là ! Nous, nous sommes disciples de Moïse. Pour nous, nous savons que Dieu a parlé à Moïse ; quant à celui-ci, nous ne savons pas d'où il est. L'homme leur répondit : En ceci pourtant, il y a quelque chose d'étrange, c'est que vous ne sachiez pas, vous, d'où il est, alors qu'il m'a ouvert les yeux! Or nous savons que Dieu n'écoute pas les pécheurs ; mais si quelqu'un est pieux envers Dieu et fait sa volonté, celui-là, il l'écoute. Jamais on n'a entendu dire que quelqu'un ait ouvert les yeux d'un aveugle de naissance. Si celui-ci n'était pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. Ils lui répondirent : Tu es entièrement né dans le péché et tu nous enseignes!
Et ils le chassèrent dehors.
Jésus apprit qu'ils l'avaient chassé dehors et, l'ayant trouvé, il lui dit : Crois-tu au Fils de Dieu? Il répondit : Qui est-il, Seigneur, afin que je croie en lui ? Jésus lui dit : Et tu l'as vu, et celui qui parle avec toi, c'est lui. Il dit : Je crois, Seigneur! Et il lui rendit hommage.

Jésus dit alors : Moi, je suis venu dans ce monde pour le jugement, afin que ceux qui ne voient pas voient ; et que ceux qui voient deviennent aveugles. Evangile selon Jean chapitre 9 versets 6 à 39

Ce récit très vivant nous montre le contraste entre la foi simple d'un homme guéri par Jésus, et l'opposition des chefs religieux, ceux-là même qui auraient du reconnaître en Jésus le Messie promis dans les textes sacrés qu'ils connaissaient par coeur... En effet, l'un de ces textes disait, à propos du Messie : 

Ainsi dit Dieu, l'Éternel, qui a créé les cieux et les a déployés, qui a étendu la terre, qui donne la respiration au peuple qui est sur elle, et un esprit à ceux qui y marchent: Moi, l'Éternel, (...) je te donnerai (...) pour être une lumière des nations, pour ouvrir les yeux aveugles... Esaïe 42,6-7

Cette histoire montre que l'on peut être aveugle tout en se croyant parfaitement clairvoyant... 

L'aveugle guéri constitue pour les pharisiens un témoin gênant de la puissance de Jésus. Ils cherchent donc d'abord à tirer de lui ou de ses parents un mot qui leur permette de contester ce miracle. Et quand il leur devient impossible de le nier, ils s'efforcent de rabaisser Celui qui l'a accompli et de jeter du déshonneur sur Lui.

Mais malgré tous leurs efforts, les pharisiens ne parviennent pas à enlever à l'ancien aveugle son humble confiance en Celui qui l'a guéri. Il est passé des ténèbres à la lumière; ce n'est pas pour lui une théorie ni une doctrine; c'est un fait, une évidence. «Je sais une chose — dit-il simplement — c'est que j'étais aveugle et que maintenant je vois» Cette phrase me touche à chaque fois que je la lis. Elle montre que la vraie foi n'a pas besoin de grands raisonnements théologiques mais d'une conviction simple et sincère... 

Ils poursuivent l’interrogatoire de l’homme, pas pour connaître la vérité, mais pour découvrir une raison valable, quelle qu’elle soit, pour condamner Jésus. Leurs questions successives ne servent qu'à renforcer les convictions de l'homme guéri... et à attiser leur colère... Ils finissent par le jeter en dehors du temple, ce qui équivalait à une excommunication et à un isolement total : terrible sentence qui avait suffit à faire taire ses parents... 

Mais quand on connaît Jésus on n'est jamais seul ; Jésus vient à sa rencontre et se révèle plus complètement à lui : il est le Fils de Dieu.

J'ai moi aussi cru en Celui qui a ouvert les yeux de mon coeur... Je peux dire comme cet homme autrefois : j'étais aveugle, et maintenant je vois. Peut-être êtes-vous encore aveugles sans le savoir...? Je souhaite de tout mon coeur qu'en découvrant Jésus, sur mon blog, ou en lisant les évangiles, vous ayez à votre tour les yeux ouverts pour voir en lui le Fils de Dieu, le Sauveur qui vous aime...

Posté par mowin à 23:07 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 novembre 2015

Panier thaïlandais crocheté

Il y a bien longtemps que je ne suis pas revenue par ici...! Je prends enfin le temps de mettre un petit message et de continuer le récit entamé la dernière fois...

Mais juste avant de parler "accessoire", très touchée comme vous tous par les attentats de vendredi dernier, j'ai envie de partager à nouveau avec vous les pensées écrites suite aux attentats de Charlie Hebdo.(cliquez sur le lien si vous voulez les lire ou les relire) 

*******

Il y a quelque temps, au rayon bazar de mon supermarché, j'ai trouvé des grosses pelotes de ficelle pour presque rien, et j'ai eu envie de voir ce qu'elle ça donnait en la crochetant...
DSC04140J'imaginais un petit panier ou une corbeille, alors vite un petit tour sur pinterest pour trouver de l'inspiration et j'ai trouvé le super tuto du panier thailandais de Mamoizelle K. Le sien est réalisé avec du fil zpaghetti et un crochet n°10, j'ai donc du faire quelques adaptations pour obtenir un joli rendu avec ma ficelle et mon crochet n°4, mais je suis ravie de mon petit panier!

DSC04133J'ai découvert à cette occasion que les paniers thaïlandais, dont j'aimais beaucoup la forme, avaient la particularité de pouvoir se transformer en corbeille...! Un panier 2 en 1, quelle trouvaille...!

DSC04131J'ai un peu hésité avant de choisir à quoi j'allais employer mon nouveau panier... Au tout début je voulais en faire une corbeille à linge pour ma chambre mais j'ai vite renoncé devant l'ampleur de la tâche pour faire un modèle assez grand! 

Ensuite j'ai pensé à m'en servir comme cache pot pour mon basilic dans la cuisine...

DSC04138

Mais malheureusement il est un peu trop petit... Du coup, il me sert actuellement à ranger mon encours de tricot qui auparavant traînait invariablement sur la table basse du salon.

DSC04119

Depuis j'ai racheté de la ficelle et j'aimerais bien me lancer pour ma corbeille à linge en crochetant à double avec un crochet plus gros... A voir si je trouverai le courage et le temps!

*******

Jésus et les personnes malades ou handicapées : les aveugles (2)

C'est le moment de lire la suite du récit à peine entamé la dernière fois... : la rencontre de Jésus avec un homme aveugle. Jésus avait étonné ses disciples en révélant que la cécité de cette homme n'était pas une punition pour quelque faute de ses parents ou de lui-même, mais une occasion donnée à Dieu de montrer ses oeuvres, sa puissance et son amour... Nous allons voir aujourd'hui comment Jésus a guéri cet homme aveugle...

Ayant dit cela, il cracha par terre, fit de la boue avec sa salive et appliqua la boue sur les yeux de l'aveugle, puis il lui dit : Va, lave-toi au réservoir de Siloé (ce qui se traduit par : Envoyé). Il y alla, se lava, et il revint, voyant. 

Evangile selon Jean chapitre 9 versets 6

La méthode employée par Jésus pour guérir cet homme aveugle peut surprendre... et quand j'étais enfant, bien qu'on m'ait toujours appris à avoir un profond respect pour le Fils de Dieu, je trouvais quand même ça un peu dégoûtant... Mais en grandissant et en lisant ce que des lecteurs de la Bible plus éclairés que moi avaient compris, j'ai appris qu'il faut chercher le sens symbolique ou caché des choses qui à première vue paraissent bizarres.

L'onguent appliqué sur les yeux de l'aveugle, formé d'un mélange de salive et de terre, ne pouvait dans un premier temps qu'accentuer sa cécité... Cette boue représente l'humanité de Jésus-Christ. Cette humanité, sous sa forme la plus humble (on se rappelle que Jésus était considéré comme le fils d'un charpentier, né dans une étable, venant de la région la plus méprisée du pays, la Galilée) masquait aux yeux de ses contemporains, comme de la boue, sa personne véritable. En effet, la plupart d'entre eux attendaient la venue du Messie comme un Sauveur victorieux et conquérant, manifestant sa gloire et sa puissance de manière ostentatoire... Ils se croyaient intelligents et connaissant les pensées de Dieu, mais en réalité Jésus révèle qu'ils étaient "aveugles" (on le verra à la fin de l'histoire)... Et l'humanité et l'humilité de Jésus, au lieu de leur éclaircir la vue, les aveuglait encore davantage...

En contraste, l'homme né aveugle va avoir les yeux ouverts... Les yeux de son corps autant que ceux de son coeur... Qu'est-ce qui fait la différence entre cet homme et ceux qui l'entouraient? C'est la foi. Il écoute simplement ce que Jésus lui dit. Jésus lui dit d'aller se laver à un endroit précis et il ne discute pas, il y va. Il n'avait pas vu Jésus mais il avait su bien mieux que la plupart de ses contemporains discerner l'autorité de celui qui s'était penché vers lui.

Le nom du réservoir où l'homme devait se laver est lui aussi symbolique : Siloé veut dire "envoyé". Pour que l'aveugle soit guéri, il fallait à la fois la boue mise sur ses yeux, qui montre l'humanité et l'humilité de Jésus, mais aussi l'eau de ce réservoir dont le nom montre que le Christ était l'envoyé de Dieu. La boue seule ne pouvait ouvrir les yeux de l'aveugle, de même que les yeux de nos coeurs ne peuvent pas s'ouvrir si nous ne voyons en Jésus qu'un homme et pas l'envoyé de Dieu.  

Cet homme né aveugle est une image de notre vie. Le péché nous rend incapables de percevoir la lumière de Dieu. Notre vision morale et spirituelle est obscurcie depuis notre naissance. Dieu doit nous ouvrir les yeux, sur notre état, sur les exigences de sa sainteté, sur le monde. En lisant les évangiles, si nous ne voyons en Jésus qu'un simple homme, cela ne fait que nous aveugler davantage... Comment, ce Jésus de la crèche de Bethléhem, ce Jésus pauvre qui s’est laissé clouer sur la croix, sans puissance, sans force, c’est Dieu !? Pour avoir les yeux ouverts il faut croire : croire que Jésus est l'envoyé de Dieu, qu'il est Dieu, croire que nous avons besoin d'être lavés, de nos péchés et qu'il est mort sur la croix pour être puni à notre place et que nous soyons pardonnés de nos fautes, d'avoir laissé jusqu'ici notre Créateur de côté.

A nous maintenant de nous poser la question... Sommes nous encore aveugles ou bien voyants?

Le récit de la rencontre de Jésus avec cet homme aveugle pourrait s'arrêter là... Bien souvent dans les évangiles des guérisons sont rapportées sans que la suite de l'histoire nous soit révélée... Mais ici nous avons le privilège de savoir ce qui s'est passé ensuite, de connaître les réactions de l'entourage de l'homme guéri... Et vous verrez, c'est passionnant et très instructif...! La suite au prochain épisode...

Posté par mowin à 16:11 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 septembre 2015

Mon atelier tout neuf

Après quelques mois de travaux, et grâce à la contribution de toute la famille mais surtout de mon cher et tendre, j'ai maintenant le grand privilège de pouvoir profiter d'une pièce rien qu'à moi pour la couture et autres petits travaux...! Quelques images et explications...

Au départ, notre ancienne cuisine, qui ressemblait à ça... 

DSC04400Quand on a été installés dans la nouvelle cuisine, la phase de démolissage, a pu commencer... Les garçons s'en sont donnés à coeur joie vous pensez bien, pour une fois qu'on peut casser sans se faire gronder!!! (petite surprise après avoir démonté les meubles hauts, avec un petit aperçu de ce qu'avait pu être la cuisine à l'origine...)

photoAprès avoir tout enlevé l'état du mur n'était pas brillant brillant... très abîmé par endroits à cause d'un dégât des eaux, laissant même apparaître les briques parfois...

DSC01758Mais après tous les autres travaux effectués dans la maison on n'avait ni le budget ni le temps de reprendre correctement tous les murs... On savait que de toute façon une grande partie de la surface des murs seraient cachés par des meubles, et puis après tout ça reste un atelier, donc on a opté pour du cache misère... : du crépi 1er prix Leroy Merlin qu'on nous avait recommandé (beaucoup d'avis favorables sur le site, ça encourage) Effectivement, rapport qualité/prix imbattable, pas très évident à appliquer car très liquide mais ça a bien rempli son office. Bien sûr ça n'a pas masqué toutes les irrégularités du support car elles étaient bien trop importantes mais ça nous a permis d'avoir des murs propres sans y passer des jours et des jours.

DSC01808Pour le sol, j'avais eu un gros coup de coeur pour les dalles de sol Around The Wall, découvertes dans cet article de Vanessa Pouzet, et c'était idéal pour notre projet : pas besoin de gros travaux, elles sont auto adhésives, très faciles à poser et à entretenir... Et ça nous a permis de rattraper quasiment le niveau du sol de notre salle de séjour...

DSC04162

DSC01829

DSC01830Une fois le sol terminé, il nous restait le plus agréable à faire, l'aménagement...! Pour le bureau, on a opté pour un grand plan de travail en MDF fixé grâce à 3 équerres... (on voit en dessous les arrivées d'eau d'origine, qu'on a conservé au cas où pour plus tard... Pas très esthétique mais je ne vais pas chipoter!)

DSC04153Au-dessus, une barre de crédence de cuisine avec des crochets pour suspendre plein de petites choses, et deux étagères très étroites en planches de récup... Utilisation à découvrir sur la photo suivante...!

DSC04157

Et voilà mon coin atelier installé et prêt à fonctionner!!! Je sais que je vais faire des envieuses, je suis consciente que c'est un très grand privilège pour une maman bricoleuse d'avoir sa petite pièce à soi...!

DSC04145

DSC04146

Avec tout ça, vous vous étonnez sans doute de ne pas voir davantage de couture par ici, c'est vrai qu'actuellement mes séances coutures se résument surtout à des réparations et du raccomodage... mais ça viendra, ça viendra...!

*******

Je reprends enfin le fil des messages sur la vie de Jésus et ses relations avec ceux qui l'entouraient... Après avoir vu ses relations avec ses disciples et avec les foules, j'aimerais m'intéresser maintenant à la manière dont il a rencontré ou accueilli ceux qui étaient malades, handicapés... et bien souvent exclus ou mis en marge de la société à cause de ces graves problèmes de santé.

Jésus et les personnes malades ou handicapées : les aveugles (1)

Jésus ne se bornait pas à prêcher l'évangile et à instruire les foules qui venaient l'entendre... Il était descendu du ciel sur une terre où règnent, à cause du péché, la souffrance et la mort, et où le diable exerce sa puissance, et en voyant tant de larmes et de douleurs, son cœur était ému de compassion. On a déjà lu que les foules venaient à lui pour être guéries, et qu'il guérissait tous ceux qui en avaient besoin. Beaucoup de ces guérisons sont décrites plus en détails dans les évangiles, et on se rend compte qu'à chaque fois Jésus ne se contentait pas de guérir le corps, mais prenait le temps de rencontrer personnellement chaque personne. 

Il y aurait énormément de choses à dire sur ce thème, puisque les guérisons occupent une grande part des évangiles... Je ne ferai bien sûr qu'effleurer ce sujet en parlant de choses qui me tiennent à coeur... et j'aimerais commencer cette série par le récit de la guérison d'un homme aveugle de naissance, qui se trouve dans le chapitre 9 de l'évangile selon Jean. C'est un de mes chapitres préférés...

Aujourd'hui nous allons simplement lire le tout début du récit, qui pose une question fondamentale...

Comme Jésus passait, il vit un homme aveugle de naissance. Ses disciples l'interrogèrent : Maître, qui a péché : lui, ou ses parents, pour qu'il soit né aveugle? Jésus répondit : Ni lui n'a péché, ni ses parents ; mais c'est afin qu'en lui les oeuvres de Dieu soient manifestées. Jean 9, 1-4 

A cette époque là, dans la société juive, c'était en effet la grande question qui se posait à chaque malheur qui frappait une personne ou une famille... Les maladies et les épreuves étaient vécues comme des punitions de la part de Dieu.

Encore aujourd'hui, on entend très souvent "Qu'est-ce que j'ai fait au Bon Dieu pour avoir cette maladie, ou cette épreuve...???" Et cette question est même formulée, plus ou moins consciemment, par des personnes non croyantes...

Les disciples, imprégnés de la pensée de leur époque, se tournent vers Jésus pour avoir une réponse à cette question fondamentale. Pour eux, pas de doutes, la faute de la cécité de cet homme est forcément due à un péché, commis par l'aveugle lui-même ou bien par ses parents... Mais Jésus répond par une pensée entièrement nouvelle : la souffrance ou l'épreuve sont des moyens que Dieu emploie pour montrer sa puissance et sa grâce...! Dans la suite du récit, on verra que Jésus guérit l'homme aveugle et qu'ainsi sa puissance et son amour sont démontrés... Mais les guérisons ne sont pas seulement physiques, comme on le verra par la suite... Jésus s'occupe du coeur aussi bien que du corps...

Aujourd'hui, cette parole de Jésus est toujours autant d'actualité... Nous sommes souvent confrontés à de lourdes épreuves dans nos vies : maladies, handicaps, deuils, solitude... Jésus n'est plus sur la terre mais nous pouvons aller à lui par la prière, et il peut et veut intervenir dans nos vies pour nous montrer son amour et sa puissance... Peut-être qu'il ne fera pas un miracle pour nous rendre nos facultés perdues ou améliorer nos circonstances... mais il peut parfois faire beaucoup plus... Si vous ne le connaissez pas personnellement, vous en doutez peut-être... Mais je pense que vous serez touchés et émerveillés tout comme moi en regardant ce témoignage de Nick Vujicic, un homme né sans bras ni jambes... mais dans la vie duquel la puissance et l'amour de Dieu se manifestent de manière extraordinaire... Et c'est en lisant un jour, à l'âge de 15 ans, l'extrait de l'évangile cité plus haut qu'il a compris que sa vie n'était pas une erreur ou une punition de Dieu...

Témoignage Nick Vujicic

 

18 mai 2015

Quand écolo rime avec rigolo!

Bien sûr, il serait sans doute encore plus écolo de ne jamais acheter de compotes en gourdes... mais c'est parfois bien pratique! Et grâce à Céline et à ses belles trousses de toilettes, je garde précieusement depuis quelque temps les gourdes de compotes vides!

Motivée par un départ en classe découverte pour mon ptit dernier, qui n'avait pas encore de trousse de toilette, je m'y suis enfin mise, en suivant le tuto de Mam'zelle Jeannette sur Pure Loisirs.

DSC02347

DSC02359A l'intérieur, 2 poches plaquées et 2 pochettes...

DSC02350Une pour la brossette de brosse à dent... (Modèle porte monnaie zippé vu ici)

DSC02355L'autre pour les disques à débarbouiller... (Modèle porte monnaie à rabat vu ici)

DSC02357

Offert pour ses 8 ans, quelques jours avant de partir en classe découverte... Apparemment mon grand garçon était tout fier de montrer sa trousse de toilette à ses copains!

Je craignais un peu de coudre cette drôle de matière, mais finalement ça passe tout seul. Poser le biais sur les coins est un peu plus difficile, car mon biais était très épais... La prochaine fois j'arrondirai les angles, et utiliserai 2 gourdes de plus pour chaque face parce que là la trousse est un peu petite...

Alors, qui c'est qui va maintenant garder les gourdes de compotes vides...? 

Bien sûr, on ne peut pas toutes les coudres, et certaines sont moins jolies que d'autres... Mais je viens de découvrir une initiative intéressante pour recycler les gourdes de compotes, qu'on ne peut actuellement pas mettre dans les bacs de recyclage... Toutes les infos sur le site Terracycle!

*******

Le temps s'allonge entre mes billets, et je vous invite à retrouver dans la rubriques pages la liste de tous les articles consacrés à la vie de Jésus...

Jésus et les foules (4)

Dans les billets précédents, on a vu que tout au long de sa vie sur la terre, les foules se pressaient autour de Jésus pour l'entendre, pour voir ses miracles et être nourris et guéris par lui... On a vu qu'il était toujours disponible et compatissant pour répondre à chacun individuellement... Mais contrairement à nos hommes politiques aujourd'hui qui prennent des bains de foule pour espérer arracher quelques votes supplémentaires, Jésus n'attendait rien des foules qui l'entouraient, car il était sur la terre pour servir Dieu son Père, et attendait tout de Lui et non pas des hommes... Dans ce quatrième et dernier billet consacré aux relations de Jésus avec la foule on va voir à quel point Jésus avait raison de ne pas se fier aux foules, elles qui l'ont acclamé comme un prince quand il est arrivé pour la dernière fois à Jérusalem... et à peine quelques jours après, dans la même ville, l'ont hué et réclamé sa mort...

La première scène a lieu alors que Jésus entrait à Jérusalem avec ses disciples, après avoir parcouru le pays pendant 3 ans en faisant du bien à tous ceux qu'il rencontrait et en annonçant la Parole de Dieu.

Une immense foule étendit ses vêtements sur le chemin, d'autres coupaient des rameaux des arbres et les répandaient sur le chemin ; les foules qui allaient devant lui et celles qui suivaient criaient : Gloire au Fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur! Gloire à Dieu dans les cieux! Quand il entra dans Jérusalem, toute la ville fut en émoi ; on disait : Qui est celui-ci ? Mais les foules disaient : C'est le prophète Jésus, de Nazareth de Galilée. Matthieu 21,8-11

Cependant, les chefs religieux supportaient très mal la popularité de Jésus et son enseignement si différent de ce qu'ils enseignaient eux-mêmes... Refusant d'admettre que Jésus venait de la part de Dieu, qu'il était le Messie, le Sauveur promis dans les textes anciens, ils l'ont arrêté quelques jours après, de nuit, et l'ont condamné à mort. Mais comme Jérusalem était à ce moment là sous occupation romaine, ils ne pouvaient mettre à mort eux même un condamné. Ils ont donc accusé Jésus auprès de Pilate, le gouverneur romain... L'extrait ci-dessous montre que la foule s'est laissé bien facilement convaincre de réclamer la mort de celui qu'elle acclamait quelques jours plus tôt...

Aussitôt, au matin, les principaux sacrificateurs avec les anciens, les scribes et tout le tribunal religieux, ayant tenu conseil, lièrent Jésus et l'emmenèrent et le livrèrent à Pilate.
Pilate l'interrogea : Toi, tu es le roi des Juifs ? Il lui répondit : Tu le dis.
Les principaux sacrificateurs l'accusaient de beaucoup de choses. Pilate l'interrogea encore : Tu ne réponds rien ? Vois combien d'accusations ils portent contre toi. 
Mais Jésus ne répondit plus rien, si bien que Pilate s'en étonnait.
Or il leur relâchait à la fête de Pâque un prisonnier, celui qu'ils demandaient. Et le nommé Barabbas était détenu avec les autres émeutiers qui, au cours de l'émeute, avaient commis un meurtre. La foule, poussant des cris, se mit à demander à Pilate de faire comme il leur avait toujours fait. Pilate leur répondit : Voulez-vous que je vous relâche Jésus, le roi des Juifs ?
Car il savait que les principaux sacrificateurs l'avaient livré par jalousie. Mais les principaux sacrificateurs excitèrent la foule à demander qu'il leur relâche plutôt Barabbas. Pilate, répondant de nouveau, leur dit : Que voulez-vous donc que je fasse de celui que vous appelez roi des Juifs ? Ils s'écrièrent encore : Crucifie-le! Pilate leur dit : Mais quel mal a-t–il fait ? Et ils s'écrièrent encore plus fort : Crucifie-le !
Alors Pilate, voulant contenter la foule, leur relâcha Barabbas ; puis, ayant fait fouetter Jésus, il le livra pour être crucifié. Evangile selon Marc 15, 1-15 

Je ne peux lire ces lignes sans être profondément émue en pensant à ce que Jésus, mon Sauveur, a du ressentir en entendant cette foule pour laquelle il s'était dépensé sans compter pendant 3 ans réclamer sa crucifixion en criant, préférant qu'un meurtrier soit relâché à sa place... Et je ne peux m'empêcher de penser que si j'avais vécu à cette époque, j'aurais peut-être été parmi ces anonymes dans la foule qui s'étaient laissé convaincre si facilement par quelques hommes de pouvoir...

Le danger est grand de suivre la foule, de se laisser entraîner dans un sens ou dans un autre par le grand nombre, par des chefs politiques ou religieux, de suivre comme des moutons...

Quelques heures après le récit que nous avons lu, Jésus est mort, cloué sur une croix... Mais son histoire ne s'est pas arrêtée là : trois jours après il est ressuscité, car la mort ne pouvait pas retenir Celui qui n'avait jamais rien fait de mal. Aujourd'hui il est vivant dans le ciel et veut avoir une relation personnelle avec chacun d'entre nous. Pas en suivant telle ou telle religion par habitude, parce qu'on a toujours fait comme ça et qu'on suit le mouvement, mais en entrant directement en contact avec Lui. 

Pour communiquer avec Lui, il suffit de lire la Bible, qui est la Parole de Dieu, et de prier, c'est à dire Lui parler tout simplement, Lui dire tout ce qu'on a sur le coeur... Il entend et répond toujours... Ne restez pas anonymes dans la foule, approchez-vous de Jésus avec confiance...

Posté par mowin à 15:35 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , , ,


08 avril 2015

Du tricot comme j'aime...

Je ne tricote plus pour mes loulous depuis belle lurette (à part des bonnets ou des snoods), pas assez patiente pour oser dépasser la taille layette...! Du coup j'ai attendu avec impatience l'arrivée d'un ptit gars dans mon entourage pour pouvoir tricoter en tout petit le modèle Gaspard qui m'avait tapé dans l'oeil dès sa parution... Je n'ai encore pas tricoté assez vite pour que mon avant dernier neveu en profite... mais je l'ai terminé in extremis pour le ptit dernier qui grandit plus vite que son ombre...!

Dès le départ j'ai craqué pour le joli col et la grande poche... 

DSC02300

Il se tricote tout d'une pièce et les manches sont montées directement sur le corps ce qui évite la pénible couture des épaules!

DSC02302

Je l'ai tricoté en Cabotine de chez Phildar coloris hevea (coton et acrylique), je suis très satisfaite de ce fil, très agréable à tricoter, souple et doux, il n'a pas bougé après plusieurs lavages.

Seul petit bémol du modèle, il est un peu trop court, si je le refais un jour je rajouterai quelques rangs en longueur (il me semble que je l'ai lu aussi dans quelques commentaires...)

Et les explications pour le col ne sont pas très claires, il faut bien faire attention à ce qu'il soit tourné vers l'extérieur avant de monter les mailles pour l'arrière du col. (ce n'est pas évident du tout au premier abord, et je me suis aperçue de mon erreur grâce à ma belle-soeur qui avait déjà testé ce modèle...) 

Tricoté en taille 6 mois, il est parfait pour le petit chou de 3 mois qui porte du 6 mois du commerce...

P1110584

Difficile encore une fois de choisir les photos, je craque!!!

P1110591

P1110608

 *******

Jésus et les foules 3

La dernière fois, nous avions vu que les foules, attirées irrésistiblement par les paroles et les miracles de Jésus, se pressaient autour de lui sans relâche... Une fois, elles ont même voulu le proclamer Roi! Mais Jésus ne s'est pas laissé faire, pourquoi?

Jésus connaissait toutes choses, il savait que la foule peut être versatile, changeante... Il avait un amour infini pour tous les hommes, mais en même temps il savait qu'il ne pouvait pas leur faire confiance... : il savait que ce n'était pas d'un Roi dont ses contemporains avaient besoin, mais d'un Sauveur... Ils avaient besoin d'être délivrés non pas de l'occupant romain, comme ils l'espéraient, mais de la maladie du péché qui était en eux. Et pour cela, il fallait qu'il aille jusqu'au bout de son chemin sur terre...

Comme il était à Jérusalem, lors de la Pâque, pendant la fête, beaucoup crurent en son nom, contemplant les miracles qu'il faisait. Mais Jésus lui-même ne se fiait pas à eux, parce qu'il connaissait tous les hommes, et qu'il n'avait pas besoin que quelqu'un rende témoignage au sujet de l'homme ; car lui-même connaissait ce qui était dans l'homme. Jean 2, 23-25

Jésus dit à ses frères : Le monde ne peut pas vous haïr ; mais il me hait, parce que moi je témoigne à son sujet que ses oeuvres sont mauvaises. Jean 7, 7

Plus le temps passait, plus les avis au sujet de Jésus étaient partagés...

Et il y avait une grande rumeur à son sujet parmi les foules. Les uns disaient : Il est homme de bien. D'autres disaient : Non, mais il séduit la foule.

Des gens de la foule donc, ayant entendu cette parole, disaient : Celui-ci est véritablement le prophète.

Il y eut donc de la division dans la foule à cause de lui. Jean 7:12,40,43

Aujourd'hui encore, cette question divise nos contemporains... Et comme les foules autrefois, il est important de se poser cette question essentielle : Qui est vraiment Jésus?  

De la réponse à cette question dépendra toute votre vie terrestre et éternelle... Mon seul souhait c'est qu'en lisant la vie de Jésus sur mon blog ou dans les évangiles, vous puissiez dire à votre tour à propos de Jésus :

"Nous savons que celui-ci est véritablement le Sauveur du monde." Jean 4, 42

Posté par mowin à 15:18 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 mars 2015

Un air de fête sur le frigo

Il y a quelque temps dans un magasin de déco je suis tombée en arrêt sur ces jolis magnets... ça m'a donné très envie d'essayer d'en faire moi-même et j'ai profité d'une petite journée tranquille pour m'y mettre...

Le plus long a été de sélectionner, copier, puis mettre en forme une page de motifs à imprimer... Liberty, pois, motifs géométriques... tout y est passé! Ensuite, passage dans la plastifieuse, découpage du papier et de la bande aimantée autocollante... Et voilà le résultat...!

DSC02393

DSC02397

DSC02386

Terminés un soir tard, et offerts le lendemain... (du coup j'ai pris les photos à la lumière du flash et la qualité n'est pas terrible...)

DSC02407

DSC02400

Mais pour rentabiliser le travail j'ai imprimé 4 triangles avec chaque motifs... Du coup je vais vite racheter des bandes aimantées autocollantes et pour pouvoir faire 3 autres séries! 

ça vous dit un petit tuto?

******* 

Jésus et les foules (2)

On a vu la dernière fois que les foules se pressaient sans relache autour de Jésus... Dès qu'il arrivait dans un village les habitants accouraient de toute part... Une fois même un homme de petite taille a du grimper sur un arbre pour avoir une chance de l'apercevoir...

Et voici, un homme, appelé du nom de Zachée (...) et il cherchait à voir Jésus, qui il était ; et il ne pouvait, à cause de la foule, car il était de petite taille. Et, courant en avant, il monta sur un sycomore pour le voir ; car il allait passer là. Luc 19, 2-4

Souvent, quand Jésus changeait de lieu avec ses disciples, traversant par exemple le lac de Galilée pour visiter d'autres régions, les gens se passaient le mot et se précipitaient pour arriver avant lui au lieu où il se rendait... 

Mais pourquoi ses contemporains étaient-ils à ce point attirés par cet homme d'origine apparemment humble et venant d'une région méprisée...? (En effet, on disait à cette époque de la ville où Jésus avait grandi "Peut-il venir quelque chose de bon de Nazareth?" Jean 1, 47)

Les gens accouraient vers lui parce qu'ils entendaient dire que Jésus avait la puissance de guérir les maladies et les handicaps... Et en effet, il guérissait tous ceux qui avaient besoin de lui...

Et une grande foule le suivit, parce qu'ils voyaient les miracles qu'il faisait sur ceux qui étaient malades. Jean 6, 2

Jésus se retira de là ; et de grandes foules le suivirent, et il les guérit tous. Matthieu 12, 5

Et de grandes foules vinrent à lui, ayant avec elles des boiteux, des aveugles, des muets, des estropiés, et beaucoup d'autres ; et elles les jetèrent à ses pieds, et il les guérit. Matthieu 15, 30

Et toute la foule cherchait à le toucher, car il sortait de lui de la puissance, et elle les guérissait tous. Luc 6, 19

Il a aussi plusieurs fois donné à manger à des foules de plusieurs milliers de personnes... et cela se savait... Mais ce n'était pas seulement ces miracles qui attiraient les foules... Beaucoup venaient aussi pour l'écouter parler, et profiter de son enseignement... 

Et il sortit encore et longea la mer ; et toute la foule venait à lui, et il les enseignait. Marc 2, 13

Et de là, se levant, il vient vers les confins de la Judée, et au delà du Jourdain ; et des foules se rassemblent encore auprès de lui ; et il les enseignait encore, comme il avait accoutumé. Marc 10, 1

Ses miracles, sa compassion, sa puissance et sa sagesse attiraient tous ceux qu'il rencontrait... Et les foules s'étonnaient, se posaient des questions... Qui était cet homme? Un prophète? Plus qu'un prophète? Etait-il le Messie, le Sauveur, annoncé par les textes anciens? La plupart des gens s'accordaient pour dire que sa puissance ne pouvait venir que de Dieu... et louaient Dieu pour cela...

Et les foules, ayant vu cela, furent saisies de crainte, et elles glorifièrent Dieu qui donnait un tel pouvoir aux hommes. Matthieu 9, 8

Et le démon ayant été chassé, le muet parla. Et les foules s'en étonnèrent, disant : Il ne s'est jamais rien vu de pareil en Israël. Matthieu 9, 33

Frappées de stupeur, toutes les foules disaient : Celui-ci serait-il le fils de David ? Matthieu 12, 23

Les foules s'étonnèrent en voyant les muets parler, les estropiés guérir, les boiteux marcher, et les aveugles voir ; et elles glorifièrent le Dieu d'Israël. Matthieu 15, 31

Et les foules, ayant entendu cela, furent frappées de son enseignement. Matthieu 22, 33

Sa notoriété se répandait de plus en plus, et même une fois la foule, enthouasiasmée par l'un de ses miracles, aurait voulut faire de lui leur roi...

Les hommes, ayant vu le miracle que Jésus avait fait, disaient : Celui-ci est véritablement le prophète qui vient dans le monde. Jésus donc, sachant qu’ils allaient venir et l’enlever afin de le faire roi, se retira encore sur la montagne, lui tout seul. Jean 6, 14-15

Pourquoi Jésus ne s'est-il pas laissé faire? La gloire et les honneurs étaient à portée de main... N'était-ce pas un juste retour des choses pour lui qui avait fait tant de bien...? N'aurait-il pas pu aider encore davantage son peuple en devenant leur roi?

On cherchera dans les évangiles la prochaine fois la réponse à ces questions... En attendant, j'aimerais que vous sachiez que Jésus est toujours vivant dans le ciel, et qu'il a toujours la même puissance et la même sagesse qu'autrefois lorsque les gens se pressaient autour de lui pour l'entendre et être guéris... Il vous voit et vous aime, vous qui vous sentez peut-être parfois anonyme dans la foule, et veut répondre à vos besoins... Il ne veut pas s'imposer à vous et ne va pas forcer votre porte... mais vous pouvez venir à lui avec vos blessures et vos questions comme les foules autrefois...

Vous pouvez apprendre à le connaître et l'entendre en lisant les évangiles... Et vous pouvez lui parler tout simplement et lui présenter tous vos besoins... Il vous entend et vous répondra...

Et moi, comme ceux qui à l'époque rentraient chez eux en racontant ce que Jésus avait fait pour eux, je ne peux que témoigner auprès de vous de ce que Jésus a fait pour moi, espérant vous donner envie d'aller à lui et de le connaître : Je suis heureuse parce que je sais que Jésus m'aime. J'avais des questions sans réponse et il m'a éclairée, j'étais malade et il m'a guérie...

Ma maladie? C'était la plus grave qui soit... la maladie que nous contractons tous à notre naissance, la maladie du péché, qui me condamnait comme tous mes semblables à la mort et au jugement de Dieu. Malgré toutes mes tentatives de me soigner par moi-même, je n'arrivais pas à guérir... J'essayais de faire le bien, de m'améliorer... mais tous mes efforts ne pouvaient me rendre parfaite et digne d'entrer au ciel. Jésus ne m'a pas rejetée, il ne m'a pas condamnée... Mais il m'a dit : j'ai souffert sur la croix et je suis mort pour subir à ta place la punition que tu mérites à cause de tes péchés.  

Certainement il a porté nos maladies, c'est de notre souffrance qu'il s'est chargé. Et nous, nous pensions : c'est Dieu qui le punit de cette façon, c'est Dieu qui le frappe et l'abaisse. Mais il était blessé à cause de nos fautes, il était écrasé à cause de nos péchés. La punition qui nous donne la paix est tombée sur lui. Et c'est par ses blessures que nous sommes guéris.

Nous étions tous comme des moutons perdus, chacun suivait son propre chemin. Et le SEIGNEUR a fait retomber sur lui nos fautes à nous tous. On l'a fait souffrir, mais lui, il a accepté cela, il a gardé le silence. Esaïe 53, 4-7

Voilà à quel point il m'a aimée, voilà comment il m'a guérie... et je vis désormais heureuse et en paix parce que je sais qu'après ma mort Dieu ne me jugera pas mais m'accueillera dans le ciel avec tous ceux qui comme moi ont reconnu qu'ils avaient besoin d'être sauvés, guéris, par la mort de Jésus. Avec, je l'espère, chacun d'entre vous...?

05 février 2015

Baby Nomade pour bébé tout neuf

Après le renard... petite visite moins insolite mais je trouve ce cliché très rigolo, grâce au chat farceur réalisé par Anne...! 

DSC01988

Depuis la neige a de nouveau recouvert tout le jardin, mais la luminosité un peu blafarde ne permet pas de prendre de belles photos... Difficile aussi de prendre de jolies photos en intérieur, mais je voulais vous montrer les petites couvertures nomades réalisées pour mon neveu tout nouveau-né...

DSC01821

Le tuto n'est malheureusement plus disponible sur la blogosphère, car c'est un modèle déposé par la marque red castle... Je me suis inspirée de celle que ma soeur avait déjà...

DSC01818

Cette petite couverture est très pratique pour les nouveaux nés, qui aiment être bien enveloppés. Elle permet de garder leurs petites mains au chaud, contrairement aux turbulettes, et de les installer dans leur siège auto sans les réveiller grâce aux jambes séparées...!

DSC01822

 Un petit essai avec la poupée avant de les offrir... et c'est validé!

DSC01826

Mais c'est tellement plus mignon avec un vrai bébé dedans...

photo prosper

P1110065_2

P1110068Comment ne pas craquer?

Et la petite couverture au crochet doublée de liberty dont vous vous souvenez peut-être a repris du service... pour mon plus grand plaisir!

P1110095

Son tuto est toujours disponible ici... J'en profite pour vous dire que j'ai fait un peu de ménage sur le blog et créé des pages regroupant tous les tutos, classés par catégorie. Vous les retrouverez sur la colonne de gauche, sous la rubrique "pages".

*******

Au cours des mois précédents, mais parfois de loin en loin, j'ai partagé avec vous des extraits de la Bible et des réflexions sur la vie de Jésus et en particulier sur ses relations avec ses disciples. Tous ces articles sont un peu perdus au milieu du reste, j'ai donc créé aussi une page (accessible aussi sous l'onglet "page" dans la colonne de gauche) où vous pouvez retrouver les liens vers chaque épisode. Je peux aussi vous envoyer si vous le souhaitez un fichier pdf contenant uniquement le texte de ces épisodes, pour faciliter la lecture. N'hésitez pas à me le demander!

Jésus et les foules (1)

Maintenant j'aimerais m'intéresser avec vous aux relations de Jésus avec celle que l'on retrouve si souvent dans les évangiles : la foule. En effet, à partir du moment où Jésus a commencé à parler de la part de Dieu à ceux qui l'entouraient, et à faire du bien autour de lui, les gens ont été attirés par lui irrésistiblement, venant parfois de très loin...

Et de grandes foules le suivirent de la Galilée, et de Décapole, et de Jérusalem, et de Judée, et de par delà le Jourdain. Matthieu 4, 25

Une chose m'a frappée en réunissant tous les extraits des récits évangéliques qui parlent de la foule : je n'avais jamais réalisé à quel point la foule était omniprésente aux côtés de Jésus, et combien cela devait être parfois pénible et fatiguant pour lui... (je ne mets que quelques exemples, mais il y en a beaucoup d'autres...)

Jésus se rendit ensuite à la maison. Une telle foule s'assembla de nouveau que Jésus et ses disciples ne pouvaient même pas manger. Marc 3, 20

Jésus partit avec lui. Une grande foule l'accompagnait et le pressait de tous côtés. Marc 5, 24 

Pierre dit : « Maître, la foule t'entoure et te presse de tous côtés. » Luc 8, 45  

Dès que le jour parut, Jésus sortit de la ville et s'en alla vers un endroit isolé. Une foule de gens se mirent à le chercher ; quand ils l'eurent rejoint, ils voulurent le retenir et l'empêcher de les quitter. Luc 4, 42

Sa mère et ses frères vinrent le voir ; et ils ne pouvaient arriver jusqu'à lui, à cause de la foule. Luc 8, 19

On voit que Jésus était constamment dérangé, parfois même il ne pouvait même pas manger tranquillement... Il était sans cesse sollicité, bousculé, pressé de tous côtés... Comment pouvait-il supporter cela?

On serait peut-être tenté de dire : il n'avait pas vraiment le choix...! On sait bien, et de nombreux évènements historiques le prouvent, qu'une foule est extrêmement difficile à maîtriser... Et pourtant, Jésus possédait l'autorité suffisante pour commander aux foules, et parfois, il renvoyait chacun chez soi, non sans avoir au préalable répondu aux besoins de chacun. Il avait en effet besoin de moments où il était seul, pour prier.

Et quand il eut renvoyé les foules, il monta sur une montagne à l'écart pour prier. Matthieu 14, 23

Mais la plupart du temps, Jésus ne renvoyait pas les foules... Au contraire, face à tous ces hommes et ces femmes qui l'entouraient, qui le cherchaient, qui le pressaient, le bousculaient même, il était "ému de compassion"... Cette expression revient très souvent dans les évangiles... Elle est parfois traduite par "rempli de pitié", mais c'est intéressant de rechercher la définition du mot "compassion" pour comprendre ce que Jésus ressentait :

La compassion (du latin : cum patior, « je souffre avec » et du grec συμ πἀθεια , sym patheia, sympathie) est une vertu par laquelle un individu est porté à percevoir ou ressentir la souffrance d'autrui, et poussé à y remédier. La compassion revient à ressentir la souffrance de l'autre, animé d'une intention d'amour. Il existe souvent une confusion entre pitié et compassion. (Wikipedia)

Dans le plus profond de son être, Jésus était touché de voir la misère, matérielle et morale, de ceux qui l'entouraient... Il compatissait pleinement à leurs souffrances, s'associaient à eux et désirait répondre à leurs besoins... Son amour pour chaque personne composant ces foules était infini, voilà pourquoi il supportait avec patience le bruit, l'agitation, les bousculades et la fatigue...

Deux exemples parmi tant d'autres...

Et étant sorti, il vit une grande foule ; et il fut ému de compassion envers eux, et il guérit leurs infirmes. Matthieur 14, 14

 

Et Jésus, étant sorti, vit une grande foule ; et il fut ému de compassion envers eux, parce qu'ils étaient comme des brebis qui n'ont pas de berger ; et il se mit à leur enseigner beaucoup de choses. Marc 6, 34

Mais pour quelles raisons les foules étaient-elles à ce point attirées par lui? On pourra le voir la prochaine fois...

En attendant, j'aimerais que vous sachiez qu'encore aujourd'hui, Jésus aime chacune d'entre vous sans se lasser ni se décourager, qu'il est ému de compassion quand vous souffrez, et qu'il désire vous aider...

27 novembre 2014

Porte bébé mei tai, deuxième édition!

Il y a 7 ans, je m'étais cousu un porte bébé façon mei tai, appelé aussi porte bébé chinois, ou chinado... J'ai raffolé de pouvoir porter si longtemps mon petit dernier tout contre moi avec un porte-bébé si confortable et polyvalent... si pratique aussi pour avoir les deux mains libres pour les deux grands! J'avais même cousu dans le dos une poche intégrée dans laquelle je pouvais ranger le porte bébé (comme une poche de kway) pour l'avoir toujours avec moi pendant la période où il se fatiguait vite en marchant...

DSCF5205

DSCF5200

DSCF6060

Bien que je l'aie portée régulièrement jusqu'à au moins 3 ans, cela fait maintenant bien longtemps que je n'ai plus besoin de porter mon grand garçon, mais depuis je fais la pub dès que j'en ai l'occasion pour ce genre de porte bébé!

Alors quand ma belle-soeur m'a dit qu'elle avait mal au dos avec son porte-bébé classique, et qu'elle ne se sentait pas à l'aise pour utiliser une écharpe de portage, je lui ai immédiatement proposé de lui en coudre un dans le même genre que celui que j'avais.

Avant de me mettre au travail j'ai jeté un rapide coup d'oeil sur Internet pour voir ce qui se faisait actuellement, et j'ai découvert qu'il y a maintenant énormément de modèles différents avec pour chacun des caractéristiques et des astuces différentes! (tapez "mei tai" sur google et consultez en particulier cette page, vous verrez!) Du coup j'en ai profité pour étudier chaque modèle et essayer de compiler les caractéristiques qui me paraissaient intéressantes et utiles! Après de longues heures de cogitations, mon nouveau modèle est né!

DSC01629

Il me restait du tissu du premier, du coup je l'ai utilisé parce qu'il est idéal pour ça : un tout petit peu stretch, bien costaud et réversible...

Je vous met plein de photos, pour partager avec celles qui sont concernées les aspects important à mon avis dans le choix d'un porte bébé, et pourquoi pas, pour leur donner envie d'en coudre un elles-mêmes! Du coup, ça va faire un message assez long qui n'intéressera pas tout le monde, alors n'hésitez pas à aller directement au bas du message si vous avez passé depuis longtemps la période des porte-bébés, ou que vous n'y êtes pas encore!

Petite présentation : 

- la ceinture lombaire est clipsable et ajustable, pour que ça soit plus facile et rapide à mettre (dans le mien, il fallait nouer la ceinture et c'était bien aussi mais ça faisait un noeud de plus et pour celles qui stressent que les noeuds se défassent c'est mieux d'avoir un clip!)

DSC00898- de larges bretelles que l'on peut déployer sur les épaules pour répartir le poids (c'est beaucoup plus confortable je trouve que des bretelles matelassées, mais plus étroites, comme on voit souvent... c'est ce qui fait en partie que ce porte-bébé rappelle le confort de l'écharpe de portage)

DSC01630- le corps du porte bébé se glisse sur la ceinture lombaire, et est ajustable en largeur (comme la plupart des mei tai actuels, pour pouvoir grandir avec le bébé (ça permet de porter du coup de quelques semaines à 3 ans au moins, avec toujours autant de confort et d'ergonomie pour le bébé et le porteur)

DSC01551- il est aussi adaptable en hauteur pour la même raison (grâce au petit lien qu'on voit noué sur le côté) et on voit un peu sur cette photo que les bretelles sont assez longues pour pouvoir être croisées et déployées sous les fesses du bébé ce qui permet un meilleur ajustement et confort pour les tout petits. On peut aussi faire uniquement un noeud sous les fesses du bébé pour une installation plus rapide et un temps de portage plus court)

DSC01535- la capuche / repose tête, très utile quand l'enfant s'endort, surtout quand on porte dans le dos, est réglable en longueur, et se clipse sur les bretelles pour pouvoir l'ajuster facilement 

DSC01628

DSC01522- petite innovation qui n'existe pas à ma connaissance dans le marché des porte-bébés, une poche intégrée dans le bas du porte bébé permet de le replier et de le transporter comme un sac banane, sans même enlever la ceinture! A mon avis ça deviendra très pratique quand mon petit neveu commencera à marcher, ou même pour pouvoir garder le porte bébé sur soi quand on doit prend la voiture pour un court trajet, etc... Ça permet aussi d'éviter que les bretelles ne traînent par terre quand on installe le bébé! On peut aussi le porter en bandoulière en utilisant la ceinture comme anse.

DSC01555Par contre j'avoue que ce n'est pas très esthétique ce petit sac, le temps m'a manqué sur la fin pour en améliorer la forme, mais le côté pratique est là...

- enfin, la cerise sur le gâteau, et un truc auquel je n'avais pas pensé du tout à l'époque du mien, c'est que ce porte bébé peut se transformer en harnais pour attacher le bambin sur une chaise, quand on n'a pas de chaise haute, au restaurant ou chez des amis...! J'ai trouvé l'idée ici et j'ai trouvé ça quand même assez génial de pouvoir combiner les deux utilités! Du coup j'ai testé avec une poupée, et à priori... ça marche! Avant de pouvoir faire le vrai test quand mon petit neveu se tiendra bien assis...

DSC01541

DSC01548Avant même d'avoir pu terminer de coudre la touche finale, son petit propriétaire s'endormait tout contre sa maman en quelques minutes... 

DSC01538Deuxième petit test : la balade avec papa...!

DSC01619

Et pour le test de portage dans le dos avec la capuche, j'ai réquisitionné encore une fois la poupée, qui n'a pas eu l'air de se plaindre qu'on s'intéresse de nouveau un peu à elle! (j'avais eu entre temps 5 minute pour finir la déco, avec un petit coupon de tissu voitures de chez Mondial Tissus)

DSC01630

Voilà pour le long reportage "mei tai", j'espère que je ne vous ai pas trop lassées! Et pour celles qui ont encore ou vont avoir des touts-petits, vous avez compris que je vous conseille vivement d'essayer ce mode de portage!

*******

Jésus et ses disciples : un maître différent (3)

La semaine dernière on a vu que Jésus, par sa puissance divine, lisait dans les pensées. 

En préparant ces quelques lignes, au départ je me suis dit que cela ne devait pas toujours être très agréable pour les disciples de savoir que Jésus pouvait en permanence lire dans leurs pensées... Mais j'ai découvert alors quelque chose qui m'a fait réaliser encore davantage l'amour et la grandeur de Jésus... 

En réalité, on lit dans les évangiles très peu d'exemples (à part les deux cités la dernière fois) où l'on voit Jésus intervenir auprès de ses disciples alors que leurs pensées n'étaient pas bonnes. Au contraire, la plupart du temps, Jésus tout en sachant ce que ses disciples pensaient, continuait à agir envers eux de manière naturelle et aimante... Du coup les disciples ne semblaient pas réaliser que Jésus lisait dans leurs coeurs.

On peut voir ainsi encore une fois le contraste absolu qu'il y a entre Jésus et nous... Si n'importe quel maître aujourd'hui avait le pouvoir de lire dans les pensées de ses élèves ou étudiants, leur vie deviendrait rapidement un cauchemar. Et même en imaginant le cas dans le cadre d'une relation d'amour... Je n'ose pas imaginer quelle mère et quelle épouse je serais si j'avais en permanence le pouvoir de lire dans les pensées de mes enfants ou de mon mari... Comment ne pas réagir à chaque fois qu'une de leurs pensées ne me plairait pas? Comment ne pas intervenir pour essayer de les influencer, de leur faire changer d'avis...? ça serait terrifiant et une relation de confiance, et donc d'amour serait impossible...

Cependant, dans le cas de Jésus et de ses disciples, ce n'était absolument pas le cas, parce que Jésus était un homme différent de nous, rempli d'amour, ne cherchant jamais son intérêt propre et dont l'unique mobile était de faire du bien à ceux qui l'entouraient et de plaire à son Dieu et Père.

Jésus n'usait donc pas de ce pouvoir contre ses disciples. Il ne cherchait pas constamment à les prendre en défaut, à les corriger, mais agissait en toutes choses par amour. Ce qui me touche le plus, c'est de lire que Jésus savait dès le départ qu'un de ses disciples, Judas, le trahirait et le livrerait pour être condamné à mort. Cependant, à aucun moment il n'a cherché à le sermonner, ou à le démasquer aux yeux des autres. Au contraire, il lui a manifesté son amour comme aux autres, si bien qu'aucun des disciples ne se doutait de rien, et l'a appelé "ami" jusqu'au dernier moment.

Car Jésus savait, dès le commencement (...)qui était celui qui le livrerait. Jean 6,64

Comme il parlait encore, voici Judas, l'un des douze, vint, accompagné d'une grande foule avec des épées et des bâtons, de la part des principaux sacrificateurs et des anciens du peuple. Celui qui le livrait leur avait donné un signe : Celui à qui je donnerai un baiser, c'est lui ; saisissez-le. Aussitôt, s'approchant de Jésus, il dit : Je te salue, Maître ; et avec empressement, il lui donna un baiser. Jésus lui dit : Ami, c'est pour cela que tu es venu ! Matthieu 26, 47-50

Aujourd'hui encore, Jésus sait tout de nous, et lit dans nos coeurs et dans nos pensées. Il connaît tout, même ce que parfois nous cherchons à nous cacher à nous mêmes. Cependant il ne nous force pas à reconnaître nos erreurs, il ne nous met pas des bâtons dans les roues à chaque pas dans une mauvaise direction... Parce qu'il nous aime profondément chacun, il ne nous manipule pas mais désire que nous nous tournions vers lui volontairement, attirés par son amour si grand qu'il a prouvé en donnant sa vie pour nous, cloué sur une croix.

La plupart d'entre nous font probablement tout pour mener une vie honnête, en essayant de respecter chacun, de ne pas faire de mal aux autres, etc... Mais si on prend le temps d'examiner à fond et honnêtement ce qu'il y a dans nos coeurs, dans le secret de nos pensées, on découvre bien des choses qui ne sont pas jolies jolies, et qu'on n'aimerait pas voir étalées sur la place publique : jalousie, petits ou gros mensonges, orgueil, hypocrisie, rancoeurs et même parfois haine... Tout cela Jésus le voit. Mais il ne nous repousse pas et au contraire peut et veut nous délivrer de toutes ces mauvaises choses si nous les reconnaissons devant lui, car il a accepté d'être puni à notre place pour tout cela. 

Un jour, j'ai réalisé que malgré une vie assez "lisse" en apparence, mon coeur était plein de mauvaises choses. J'ai accepté de reconnaître que j'avais besoin du pardon de Dieu pour mes péchés, mes mauvaises pensées... et aujourd'hui je sais que ma culpabilité a été effacée devant Dieu parce que Jésus est mort sur la croix à ma place. Je suis maintenant heureuse de savoir que Jésus connait tout de moi, et qu'il veut me conduire, m'aider et m'enseigner, par amour, comme autrefois ses disciples...

Sonde moi, ô Dieu, et connais mon coeur. Eprouve- moi, et connais mes pensées. Regarde s'il y a en moi des voies mauvaises, et conduis-moi dans la voie éternelle. Psaume 139, 23-24

Confiez vos vies à ce Maître plein d'amour, il ne vous décevra jamais!

18 novembre 2014

Une nouvelle idée pour recycler de vieux T-shirt!

Depuis quelque temps, les pelotes de gros fils en coton recyclé, comme Trapilho ou Zpagetti, me font de l'oeil... (Si vous ne connaissez pas, un très bon article récapitulatif en parle ici, avec plein de chouettes projets à faire avec) Et je cherchais une idée facile et rapide pour m'y mettre tout en mettant régulièrement de côté de vieux T-shirt, puisqu'on peut très facilement fabriquer soi-même ces pelotes!

Je ne me souviens plus très bien comment le projet a germé, mais suite à nos essais de cordelettes japonaises cet été, (le vrai nom de ce tressage japonais est kumihimo) je me suis dit que ça devrait marcher aussi avec des fils beaucoup plus épais, et que la corde obtenue serait idéale pour faire une... corde à sauter!

Un projet parfait pour le début des vacances scolaires de la Toussaint, froid et pluvieux...!

On a commencé par couper nos T-shirts pour faire des pelotes... En suivant un des nombreux tutos trouvés sur le net.

DSC00913

DSC00914

C'est beaucoup plus facile que ce que je pensais, au début je faisais des traits pour couper bien droit mais je me suis vite rendue compte que ce n'était pas la peine parce qu'au final même si ce n'est pas très droit ou régulier ça ne se voit pas du tout!

DSC01636

Par contre, deux choses sont importantes à savoir pour obtenir un joli résultat (et j'aurais bien aimé le savoir avant de découper certains T-shirts!)

- le T-shirt doit être sans couture sur les côtés (dans le cas contraires, l'objet réalisé sera beaucoup moins régulier, on le voit sur la photo de la corde à sauter plus bas, parce que les coutures font que des petits bouts dépassent de l'ouvrage...

- les T-shirt 100% coton donnent un moins joli résultat que ceux dans lesquels il y a un peu d'élasthanne... Et ça je ne l'avais lu nulle part! (et en effet, en vérifiant, j'ai vu que les fils Zpaggetti et Trapilho contiennent environ 5% d'élasthanne) Une petite photo pour vous montrer la différence : à gauche une pelote réalisée avec un fil 100% coton, à droite 95% coton/5% élasthanne. Le 100% coton donne un aspect plus rèche, moins souple, moins élastique et moins lisse à l'objet réalisé avec...

DSC01639

La 2e étape était de fabriquer l'outil qui permettrait de tisser la corde. On peut le faire dans du carton, comme on l'avait fait cet été pour nos bracelets, (je vous redonne le lien vers la vidéo qui explique comment faire), mais là j'ai trouvé chez mes parents une sorte de mousse bien dense et solide qui a fait merveille pour ce projet!

DSC01635

On a choisi 4 couleurs et coupé 2 fils d'une longueur 2 fois supérieure à la longueur désirée pour la corde...

DSC00910

 Après quelques minutes de tissage...

DSC00911

Ce n'est pas évident du tout au début à cause de la longueur des fils... On a ensuite trouvé l'astuce de faire une petite pelote maintenue par un élastique avec chacun des fils pour ne pas les emmêler, et de les défaire au fur et à mesure...

DSC01633

Et voilà le résultat, après quelques heures de travail!

DSC00929

J'aime beaucoup le rendu! Et je me dis que cette technique serait sympa pour faire des ceintures ou des anses de sacs... 

DSC00930

En attendant, pour une corde à sauter, c'est parfait! Voyez plutôt! (avec le soleil revenu juste au bon moment!) 

DSC00931

DSC00932

DSC00934

*******

C'est maintenant le moment de poursuivre notre découverte de la vie de Jésus...

Jésus et ses disciples : un maître différent (2)

On a vu la dernière fois que Jésus était un maître différent des autres car il ne se faisait pas servir, mais au contraire il servait ceux qui l'entouraient, allant même jusqu'à se mettre à genoux aux pieds de ses disciples pour leur laver les pieds... montrant ainsi que tout en étant le grand Dieu Créateur du ciel et de la terre, il s'est abaissé jusqu'à être tout près de chacun de nous...

Mais Jésus était aussi un maître différent des autres parce que, en étant venu vivre comme un homme sur la terre, Jésus n'avait pas abandonné ses caractères divins. Par conséquent, en tant que Dieu, il avait le pouvoir de lire à chaque instant dans les pensées des hommes. En effet, on lit dans l'Ancien Testament (la première partie de la Bible, qui date d'avant la naissance de Jésus) que Dieu ayant créé les hommes connaît tout d'eux, même leurs pensées :

Le Seigneur connaît les pensées des hommes. Psaumes 94,11

Le Seigneur examine tous les coeurs et discerne toutes les imaginations des pensées. 1 Chroniques 28,9

Jésus, Dieu fait homme, connaissait donc les pensées de ceux qui l'entouraient. On voit tout au long des évangiles que cela lui permettait de s'adapter en permanence à l'état du coeur de ceux avec qui il était en contact, démasquant à coup sûr ceux qui venaient pour essayer de le piéger (et cela arrivait souvent), mais aussi détectant la foi, même infime, qui se trouvait dans ceux qui avaient besoin de lui.

En tant que maître avec ses disciples, Jésus lisait aussi dans leurs pensées, et pouvait savoir ainsi au fur et à mesure s'ils avaient bien compris et assimilé son enseignement, s'ils avaient des inquiétudes, des craintes...

Parfois, il voyait que ses disciples étaient perplexes, plein de questions, de doutes... et n'osaient pas lui poser de questions. Jésus connaissait leurs interrogations et pouvait ainsi leur expliquer ce qu'ils n'avaient pas compris. Il leur parlait parfois cependant de manière un peu sévère parce qu'il était attristé de leur manque de confiance en lui, alors qu'ils avaient déjà eu tant de preuves de son amour et de sa puissance (notamment à travers les miracles qu'il faisait), et que son but principal était de leur faire comprendre que quoi qu'il arrive, ils pouvaient avoir confiance en l'amour de Dieu et en sa puissance pour répondre à tous leurs besoins.

Quand les disciples furent venus à l'autre rive, ils avaient oublié de prendre du pain. Jésus leur dit : Attention ! Gardez-vous du levain des pharisiens et des sadducéens. Ils raisonnaient en eux-mêmes : C'est parce que nous n'avons pas pris de pain. Mais Jésus, le sachant, dit : Pourquoi raisonnez-vous en vous-mêmes, gens de petite foi, parce que vous n'avez pas de pain ? Ne comprenez-vous pas encore, et ne vous souvenez-vous pas des cinq pains des cinq mille hommes et combien de paniers vous en avez recueillis ? Ni des sept pains des quatre mille hommes et combien de corbeilles vous en avez recueillies? (Jésus fait ici allusion à deux épisodes où il avait nourri des foules nombreuses avec quelques pains seulement) Comment ne comprenez-vous pas que ce n'était pas au sujet des pains que je vous disais : Gardez-vous du levain des pharisiens et des sadducéens ? Alors ils comprirent que ce n'était pas du levain du pain qu'il leur avait dit de se garder, mais de la doctrine des pharisiens et des sadducéens. Matthieu 16,5-12

Dans une autre occasion, Jésus a pu également enseigner ses disciples dont les pensées n'étaient pas justes.

Comme Jésus était à Béthanie dans la maison de Simon le lépreux, une femme, qui avait un vase d'albâtre plein d'un parfum de grand prix, s'approcha de lui et le répandit sur sa tête alors qu'il était à table. Voyant cela, les disciples en furent indignés et dirent : À quoi bon cette perte ? Car ce parfum aurait pu être vendu pour une forte somme et donné aux pauvres. Jésus, le sachant, leur dit : Pourquoi faites-vous de la peine à cette femme ? Elle a fait une bonne oeuvre envers moi. Vous avez toujours les pauvres avec vous, mais moi, vous ne m'avez pas toujours. Car cette femme, en répandant ce parfum sur mon corps, l'a fait en vue de ma mise au tombeau. En vérité, je vous le dis : Partout où cet évangile sera prêché, dans le monde entier, on parlera aussi de ce que cette femme a fait, en souvenir d'elle. Matthieu 26, 6-13

En préparant ces quelques lignes, au départ je me suis dit que cela ne devait pas toujours être très agréable pour les disciples de savoir que Jésus pouvait en permanence lire dans leurs pensées... Mais j'ai découvert alors quelque chose qui m'a fait réaliser encore davantage l'amour et la grandeur de Jésus... 

Mais pour ne pas être trop longue, je vous en parlerai la prochaine fois...